SPANDALIGHT

Le mariage interactif de la lumière et du son


Fruit de l'imaginaire de l'architecte Hervé Porte et du savoir-faire d'ingénieurs clermontois, Spandalight est une innovation 1OO % auvergnate.
Telle une signature, ce logiciel apporte aux oeuvres de l'architecte une dimension dynamique créée par la combinaison de musiques et de lumières colorées. Retour sur l'aventure d'un projet ...


La rencontre avec Hervé Porte se déroule dans son bureau à Montferrand. Dès la porte d'entrée, une ambiance s'ajuste au lieu par un jeu de petites lumières colorées incrustées dans le sol.

L'atelier composé de bureaux, de pièces de mobiliers futuristes et d'oeuvres d'art respire déjà le laboratoire au long court, lieu de multiples expérimentations !

Les couleurs diffusées par des leds au sol et le long de corniches au plafond changent au gré des musiques par douces transitions, du bleu au doré, du violet au vert. Il s'agit bien d'un bureau d'étude, pourtant l'atmosphère est à la détente et à la rêverie.

Sur l'ordinateur, Spandalight couplé ici avec le logiciel iTunes choisit au fur et à mesure de la lecture aléatoire une couleur pour chaque morceau, précédemment définie par l'utilisateur. Par l'association de la musique et de la lumière d'ambiance, Hervé Porte imagine une forme de luminothérapie car" nous sommes à la fois dans l'univers de la décoration et dans celui du bien-être. Nous recherchons le bien-être maximal à travers la sollicitation harmonieuse des cinq sens ".


Comprendre les couleurs


Son idée n’est pas nouvelle. Il faut remonter au début de la carrière de l’architecte dans les années1980. Celui-ci s’interroge pour la première fois dans un bar clermontois : “ Je me suis aperçu de deux choses : la lumière polarisée rouge qui dominait dans la salle interférait sur mon humeur ainsi que ma perception des autres couleurs. Je me rendais compte que la couleur pouvait agir sur mon comportement.
” Hervé Porte élabore alors chez lui toutes sortes de tests via des jeux de filtres colorés sur différentes peintures et surfaces pour expérimenter les divers effets sur les perceptions des formes et des volumes, et les répercussions sur les sens. Son étude l’amène même à donner des cours dans une école d’art du sud de la France, où il fait peindre des tableaux sous couleur aux étudiants. Mélomane, il tente d’accorder l’effet visuel à l’effet acoustique pour générer des ambiances.


Donner la clé d’un espace dynamique


Dans ses réalisations architecturales, Hervé Porte tient à fournir au client plus qu’un simple espace esthétique : un lieu dynamique où les sens sont sollicités et où les ambiances peuvent être modifiées à l’infini, un lieu vivant que l’utilisateur peut s’approprier et auquel il peut s’identifier en intervenant lui même sur les éléments du décor, reflets de ses goûts et de son état d’esprit. Couleur, intensité, éclairage, musique, parfums... Le client devient maître de son espace.


The Otherside, l’expérience « de l’autre côté »


Avant la naissance de Spandalight, la première application du concept se déroule sur le projet de l’Otherside en 1999, bar bien connu des Clermontois.
Le propriétaire de l’époque laisse carte blanche à Hervé Porte. Celui-ci imagine un lieu futuriste, une sorte de vaisseau spatial aux ambiances changeantes au rythme des playlists musicales.
Avec les moyens de l’époque, il compile sur plusieurs CD des morceaux très variés et les relie un par un à une couleur spécifique. Il constitue ensuite un système Hi-Fi d’exception par une lecture non compressée des CD d’origine, via l’utilisation d’un convertisseur audionumérique de haute qualité assurant une parfaite répartition des fréquences musicales, “ on est caressé par la musique sans être saturé par le son, la communication avec l’autre reste possible. ” Tout en communiquant, la clientèle découvre un univers musical et visuel, une immersion propice au partage et à l’échange. L’odorat et le goût sont aussi sollicités dans le cas de l’Otherside, terrain de recherche sur l’état de bien-être idéal, et concept déposé par Hervé Porte toujours
sous le nom d’Otherside ” !

Suite au succès de son prototype, Hervé Porte le propose sur d’autres projets de lieux publics et d’habitations. Ce n’est qu’en 2008 et après de longues recherches qu’il rencontre Richard Bergoin, ingénieur développeur de la société Openium basée à
Clermont-Ferrand, à qui il présente son cahier des charges. Motivée par l’innovation, l’équipe met au point un programme associant une couleur précise à chaque morceau de musique. Spandalight est né, nom issu de Spanda, évoquant le “ frémissement des sens ” dans le yoga cachemirien.


Comment ça marche ?


Concrètement, Spandalight s’associe avec un logiciel de lecture musicale où il récupère les informations (titre, auteur), et pilote un ou plusieurs luminaires RVB dans la couleur choisie par système filaire ou wifi. Il fonctionne sur ordinateurs fixes et portables, tablettes multimédia et smartphones. L’utilisateur peut choisir une couleur modifiable en intensité pour chaque musique, les différentes associations sont alors mémorisées. La transition des couleurs accompagne celle des musiques par un effet de fondu enchaîné. Il est aussi possible de choisir une couleur d’ambiance indépendamment de la programmation musicale.


Les utilisateurs de Spandalight


Depuis, Hervé Porte propose naturellement d’installer Spandalight sur tous ses projets. Le logiciel guide ainsi les ambiances d’établissements tels le Sheldon, le bar du Pile, le restaurant Pizzabio ou l’Odevie, ce dernier possèdant la plus grande installation du programme. Souhaitant améliorer l’ambiance des lieux, Eric Pligot, propriétaire de l’Odevie depuis un peu plus d’un an, contacte Hervé Porte qui avait déjà réalisé l’aménagement du restaurant. Spandalight est d’abord installé sur la terrasse, avant de faire partie intégrante de chaque espace des 350 m2 de l’établissement dont un mur d’eau ! Une réussite car certains clients n’hésitent pas à se renseigner sur le produit. « Spandalight est simple d’utilisation, toute l’équipe le gère », déclare Eric Pligot, qui reçoit d’excellents retours notamment de certaines célébrités. Il ajoute cependant que « cet objet d’ambiance est très ambitieux, c’est un matériel particulier qui mériterait sa propre équipe d’installateurs professionnels » .
Le logiciel est aussi présent au 1050 au Mont-Dore depuis presque deux ans. Le logiciel joue sans interruption ses 2700 titres, le personnel ayant ici pour consigne de ne jamais intervenir sur la playlist aléatoire sinon pour régler le niveau sonore. Celui-ci peut rester élevé sans déranger les conversations à table grâce à une acoustique étudiée. Pierre Grasset, le gérant du 1050, note que “ les clients remarquent l’association son-couleur et certains se plaisent à attendre le morceau suivant et sa couleur.
Il y a toujours un morceau qui va interpeller le client, évoquant un groupe, une époque... Ce n’est pas un gadget, ce système est idéal pour ceux qui aiment vivre la musique ou qui souhaitent la découvrir, l’apport discret de couleurs offre une dimension spatiale au morceau. ”
De nouvelles enseignes ont adopté Spandalight, telles que la Gourmandine, rue des Minimes, qui ouvrira courant mars avec ses tableaux changeants, et un restaurant gastronomique à Aumont-Aubrac ou chaque table pourra régler individuellement sa lumière et sa musique !
À chaque situation son traitement sonore : par la répartition des éclairages, les procédés acoustiques, l’homogénéisation de la diffusion musicale (avec une concentration sur l’éventuelle piste de danse), la musique prend une dimension supérieure sans empêcher les conversations à deux ou plus, assis, debout, etc...


Spandalight aujourd’hui


Dernière innovation en date : la validation du prototype du boîtier wifi pouvant contrôler à distance les barres de leds, même depuis un smartphone, ainsi
que la compatibilité avec les systèmes proposés par la marque Phillips. L’étude porte actuellement sur l’assemblage de modèles de série, dont Hervé Porte espère une commercialisation courant 2014.
Un site web est en construction, dédié à la vente en ligne de packagings complets (programme et luminaires), mais aussi au développement d’un forum de communication où les internautes pourront centraliser leurs choix d’associations couleur-musique.
L’objectif est de permettre au grand public d’utiliser Spandalight, aussi bien pour une utilisation professionnelle que privée.
Sur le court terme sont envisagés des partenariats avec des maisons d’éditions d’artistes et des radios web, et l’ouverture d’un showroom à Paris est bientôt prévue. Enfin et toujours dans l’exploration de l’exaltation des sens, la suite serait d’associer au logiciel la diffusion d’odeurs, sans doute à partir d’huiles essentielles.
La mise au point d’un tel système amène des difficultés qui n’effraient pas l’architecte, imaginant déjà des combinaisons de parfums associables à des couleurs. Par exemple, le vert avec des senteurs de pins, l’orange avec des fragrances d’agrumes...
Quant aux luminaires pilotables, l’avenir du projet les intègre petit à petit dans le mobilier, toute une collection d’objets lumineux est en cours de création
avec divers partenaires.
À travers son logiciel, Hervé Porte dévoile sa sensibilité pour la musique, mais aussi l’influence fondamentale de l’environnement sur nos humeurs et notre créativité, “ l’ambiance musicale ouvre à la discussion, chacun s’approprie la musique, se nourrit du travail de l’artiste qui nous fait part de sa découverte. C’est un art convivial. ” De même dans son travail d’architecte, le hasard des morceaux nourrit son inspiration et lui permet de s’éloigner de la “ tentation de s‘approprier un architectural déjà existant. ” L’auditif est la principale source d’inspiration, l’ambiance musicale prend dès lors une dimension spatiale.


Aurore Staiger, Maisons d'Auvergne n°6 - Mars-Avril-Mai 2014



LEAVE A COMMENT