PAUL GAUGUIN

" La maison vaisseau " : deux entrées, deux ambiances.


L’entrée principale se fait par la rue Paul Gauguin, c’est l’entrée des visiteurs. Rien ne laisse supposer l’existence d’une villa de plus de 200 m². Ce signal était volontairement discret pour équilibrer les volumes par rapport à la construction voisine et préserver l’intimité, le secret du lieu. La surprise de la découverte est entière !


L’entrée impasse des Vignettes est réservée pour l’entrée de garage, entrée de service.


Ici nous découvrons la face cachée de l’iceberg. La paroi inclinée en zinc se termine par une courbe sans fin. L’effet de perspective "pyramidale" tend à accroître la hauteur de la villa. De cette verticale exagérée en opposition totale avec la forme de l’entrée de la rue Paul Gauguin s’étirent horizontalement les deux étages principaux, prolongés par la piscine. L’horizontale n’en finit pas elle non plus et vient se perdre derrière les reliefs du terrain.


Ces tensions poussées à leurs extrêmes, suggèrent le déplacement dans l’espace.  Le projet s’empare de l’espace avec vigueur.  L’espace extérieur surpris n’a pas le temps de se retirer et pénètre par conséquent l’espace intérieur. Tout s’est passé en un instant : l’ "émergence de l’objet" comme réponse évidente paraît instantanée, mais aussi éternelle. D’où vient ce navire ? Du ciel, de la terre ? N’est-il point de rencontre des deux entités, le ciel et la terre, symbolisées respectivement par la verticale (ciel) et l’horizontale (terre) ?

LEAVE A COMMENT