OTHERSIDE

pentagrameLe nom de ce bar « Otherside » est un appel à lui tout seul, une invitation à passer sur une autre rive, dans un monde nouveau, où les sens sont éveillés, tous les sens. Avec amusement, ce projet a été conduit comme un défi ! 


La frontière est une vraie frontière, physique et symbolique, matérialisée par une anodine palissade de chantier dont les planches disjointes laissent passer une étrange lumière bleue : elle signale l’endroit et le protège à la fois, excitant la curiosité des passants...


Une fois la porte ouverte, nous pénétrons dans un sas de décompression, espace intermédiaire accueillant - vers l’autre côté, plutôt dérangeant, traité façon chantier, au mobilier fonctionnel glacial : placards vestiaires métalliques des usines, éclairage agressif... Un instant de malaise pour mieux apprécier la découverte d’une passerelle montante - et L’Autre Côté se dévoile alors comme une étrange nef, à la fois familière et venue d’ailleurs. La musique, très claire, semble venir de nulle part, mais on découvre avec plaisir qu’on peut à la fois converser et l’écouter. D’ailleurs l’ambiance musicale est pensée en amont : des compilations étudiées pour les différents moments de la soirée, en harmonie avec la clientèle.


On ne prend pas immédiatement conscience que la lumière très douce passe par toutes les nuances de l’arc en ciel, pas d’une manière linéaire, mais en harmonie avec la musique.


On peut s’installer en groupe dans ces énormes cocons lumineux ou choisir l’espace central, au beau milieu d’un vaste comptoir au dessus duquel un demi cocon elliptique diffuse sa lumière polarisée.

Des laques nacrées douces au toucher, des velours soyeux satisfont le sens tactile, des diffuseurs d’odeurs viennent à point pour compléter ce réveil des sens dans ce petit monde en dehors des modes, sans âge et sans date...


La cahier des charges se dévoile soudain : créer un endroit que l’on ressent, un endroit qui donne suffisamment de recul au visiteur pour qu’il s’y sente bien, tout simplement !

LEAVE A COMMENT